FrenchDeutschEnglishSpanish

LETTRE OUVERTE



à tous les participants de l’IHEAP



INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES EN ARTS PLASTIQUES

dirigé par Pontus Hulten, puis par Daniel Buren, de 1988 à 1995



à propos de son USURPATION par l'iheap-bidon

et mise en garde à ceux qui pourraient se laisser abuser en 2012



Nous avons appris récemment qu'un institut des hautes études en arts plastiques – iheap, tout en minuscules, ce qui n'est pas un hasard, notamment lorsqu'on considère ceux qui sont derrière – se prétendrait le continuateur de l'IHEAP.



Bien évidemment, il n’en est rien et il n’en a jamais été question.



Nous tenons à faire savoir que l’IHEAP n'a strictement aucun lien avec cet iheap-bidon et mettons en garde celles et ceux qui pourraient porter intérêt aux agissements de celui- ci, précisément à raison de la filiation dont cet iheap-bidon se réclame et qui n'est qu'une usurpation.



La 8ème session dont ces individus osent se targuer est donc tout aussi bidon que tout le reste.



Alors que l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques ( IHEAP ) – entre autres caractéristiques – rémunérait les jeunes artistes invités aux sessions, il est également intéressant de signaler que l’iheap-bidon veut les faire payer ! Il s’agit donc en fait d’une malhonnêteté intellectuelle destinée à plumer les naïfs. Qu’on se le dise !



D’ailleurs, les auto-proclamés “directeur” et “professeur” de l’iheap-bidon prétendent proposer “des modèles économiques génériques alternatifs au marché de l’art, caractérisés par le passage d’une valeur-produit à une valeur-activité”. On a déjà une première idée du “modèle économique alternatif” : envoyez la monnaie. Ça décoiffe de modernité !



Les Amis de L’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques – IHEAP



Paris, le 14.10.12



Les Amis de l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques (IHEAP), association loi 1901 sans but lucratif déclarée le 12 janvier 1996 à Paris, a pour vocation : « de perpétuer la mémoire de l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques, IHEAP, dont elle est le dépositaire des droits moraux et, dans ce but, gère les archives sonores des sessions, est chargée de la transmission des ouvrages de sa bibliothèque à une institution ayant une bibliothèque d’art contemporain et s’attache à faire publier les actes d’un choix de séminaires. » extrait de « Quand les Artistes font école », Les Amis de l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques,Paris / Centre Georges Pompidou, Paris / Mac, Marseille, mars 2004